A l'occasion du décès de Mme Simone VEIL , je relisais un article de Maurice SZAFRAN intitulé :

        " 1974 : face à Simone Veil et sa loi sur l'IVG, une infecte opposition "

Il relatait les interventions  de ces députés qui s'opposaient à cette loi. Vous allez lire  jusqu' où peut aller la " prose nauséabonde de ces 4 abrutis ". Il est bon de connaitre certains noms de ces députés, car il y a encore en 2017 des groupuscules et des individus capables de proférer ce genre atrocités !

"

Jean Foyer, député gaulliste de Maine-et-Loire, ex-ministre de la Justice : «Vous vous préoccupez davantage des femmes qui veulent supprimer leurs enfants que d'aider celles qui veulent les garder.» C'est si bête. Elle est mère de trois garçons, Jean, Claude-Nicolas et Pierre-François.

 

Jean Desanlis, député réformateur : «Faut-il qu'après avoir accueilli les immigrés du travail parce que les Français répugnent à certaines besognes nous devions avoir recours aux immigrés dé la famille parce que des Français veulent tuer dans l'oeuf le fruit de leur propre chair, en refusant de perpétuer leur race ?» Au nom de la race, les nazis ont exterminé son père et son frère. Sa mère, Yvonne, est morte, elle, d'épuisement quelques jours après la libération des camps.

René Feit, député (giscardien) du Jura (il monte à la tribune avec un bocal contenant un foetus): «Après l'introduction de l'avortement, on peut préconiser des mesures contre les bouches inutiles, contre les incurables, contre les poids morts de la société, et en arriver au pire racisme nazi.» Mots choisis sciemment : «racisme», «nazi»... La déportée juive, à son tour, se transforme en bourreau. «Ce type m'a traitée de nazie parce qu'il savait d'où je venais», constate-t-elle. Mais ce n'est pas fini.

Jean-Marie Drillet, député réformateur de la Manche : «Supposez que l'on retrouve l'un des médecins nazis qui a pratiqué la torture et la vivisection humaine. Y a-t-il une différence de nature entre ce qu'il a fait et ce qui sera pratiqué officiellement dans les hôpitaux et les cliniques de France? On est allé jusqu'à déclarer qu'un embryon humain était un agresseur. Eh bien, ces "agresseurs", vous accepterez, madame, de les voir jetés au four crématoire ou remplir des poubelles.»

Alors, elle pleure. Avant de se reprendre très vite, bien sûr. Pas question de craquer, de leur concéder cette victoire. Car elle sait pertinemment de quoi il relève : «Tous ces types ont été grossiers parce que je suis une femme.» Simone Veil la féministe.

"

Je terminerai encore par une citation de Jean d'Ormesson de ce jour :

«Simone Veil était au-dessus de la médiocrité et de la méchanceté du monde»

 

 

Retour à l'accueil