« LES VIEUX DÉMONS ONT LA VIE DURE ! «

L’assemblée générale d’une institution comme la nôtre est toujours un moment très important de sa vie institutionnelle, mais le choix de son Directeur Général l’est aussi !

Avant de revenir sur ce grand moment « de communion nationale associative «, j’ai comme beaucoup d’autres personnes eu entre les mains l’appel à candidature pour recruter le prochain Directeur Général de notre association. Au passage je salue comme il convient la très grande qualité de management de cette personne sur le départ, dommage qu’elle fut trop discrète sur le fait associatif.

A la lecture de ce document j’ai cru que le conseil d’administration recherchait un directeur pour une entreprise du CAC 40, tant les critères prioritaires (Ecole de commerce, ingénieur, numérique et pour terminer « expérience associative appréciée « !!!) étaient éloignés de nos finalités historiques et de celles plus actuelles de l’économie sociale et solidaire !

Je ne suis pas assez sot pour ne pas comprendre qu’il fallait terminer le redressement financier de notre UNION, mais tout de même il y a des limites à l’indécence financière.

Ce faisant, le débat reste entier dans notre institution. Doit-on faire le choix d’un Directeur Général en interne ou celui d’une candidature provenant de HEC ? Je ne contesterai pas les prérogatives du CA sur cette question, mais il n’est pas interdit que les adhérents donnent leur avis sur la question et je ne vais pas m’en priver !

Pour ma part, sauf en périodes de fortes tensions ou de crises financières aiguës, je pense que le choix d’une candidature interne est fortement souhaitable pour les raisons suivantes :

  • La période de « tuilage « serait préjudiciable pour la bonne continuité des actions déjà entreprises et les efforts de redressement sollicités.
  • La période de ré-ancrage des finalités profondes institutionnelles qui doit suivre inévitablement le temps des redressements techniques financiers sera plus facilement menée à bien par une candidature sortant du « sérail « .
  • La séquence de déploiement des nouveaux projets finalisés devrait être plus rapide car non soumise aux aléas des re-expertises inévitables d’une candidature externe.
  • L’équipe de direction qui a fait ses preuves dans la cohésion et le suivi des axes opérationnels approuvés par le législatif ne doit pas être déstabilisée par l’arrivée d’un manageur externe.

Avant l’Assemblée générale ordinaire de juin 2013, j’avais beaucoup apprécié un texte daté du 4 juin du nouveau secrétaire de l’UNION concernant la réforme de nos institutions régionales, qui écrivait en la matière…

« Qu’aucun point inhérent à la structuration régionale et infra régionale de l’UFCV n’a été modifié……manque de temps pour organiser une consultation optimale des acteurs régionaux…. Cette démarche ne constitue qu’un point d’étape. Pour l’avenir, nous ne ferons pas l’économie d’une interrogation plus profonde de nos textes…. « .

J’avais formulé ardemment le souhait que la notion « Pour l’avenir « employée dans cette lettre pleine d’espérance ne doit pas être synonyme de calendes grecques !

En ce milieu d’année 2015, nous voilà arrivés aux calendes grecques ! Où en sommes-nous de la réforme sur la structuration régionale et infra–régionale pré-annoncée ?

Nos institutions régionales ne sont même plus obsolètes, archaïques, mais en « mort cérébrale « ! Heureusement que les services territoriaux pourvoient à l’animation (Zoom Régions) et que 5 CR (Zooms Vie Associative) organisent encore quelques diverses rencontres intéressantes.

Mais qui prétendra appeler ces actions sporadiques - structuration institutionnelle régionale et infra régionale -dignes d’une Union Nationale ?

Par contre et pour terminer je n’ai guère apprécié que les organisateurs de cette AGO de Strasbourg n’aient pas eu la politesse la plus élémentaire d’inviter l’ancien Président National de l’UFCV (1994-1999) Michel MATHIEN, qui réside dans cette même ville. Je ne peux pas imaginer une telle indélicatesse institutionnelle !

Je suis très déçu…mais mes déceptions ont pris l’habitude avec l’UFCV de tomber dans le tonneau des Danaïdes.

REYNAUD André Ste Foy lès Lyon le 29 mai 2015

Retour à l'accueil